Partagez | 
 

 L'obscurité réveille les craintes + Paige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
souvenirs : 55
avatar : Gemma Arterton
copyright : Shiya & tumblr

MessageSujet: L'obscurité réveille les craintes + Paige   Dim 25 Sep - 1:30

L'obscurité réveille les craintes
--------------------------------------
La nuit était tombée depuis plus d'une heure maintenant et j'étais encore loin du camp. Habituellement, je restais à proximité de ce dernier, pour ne pas me perdre ou pouvoir rentrer rapidement en cas d'urgence. Pourtant, là, j'étais complément perdue et certainement très loin du campement. Cet endroit ne me disait rien. D'accord dans une forêt tout se ressemblait, une masse d'arbre restait une masse d'arbre. J'aurais dû rentrer au camp quand j'étais tombée sur le premier rôdeur. Je courrais bien plus vite qu'eux et j'aurais pu les semer facilement. Le premier rôdeur m'avait pris par surprise, m'attaquant par-derrière et me faisant chuter sur le sol. Je n'avais pas eu d'autres choix que de lui exploser la boîte crânienne quand il s'était baissé pour m'atteindre. C'est à cet instant que j'aurais dû partir. Il n'était pas vraiment seul. Il y avait une dizaine d'autres rôdeurs avec lui. Au départ, je voulais me défendre, me battre. Mais c'était impossible, ils étaient beaucoup trop nombreux. Je me sentais prise au piège, mais par je ne sais quel miracle, j'avais pu m'échapper. Je courrais dans une direction opposée au camp, sans m'en rendre compte. J'avais couru de nombreuses minutes avant de me rendre compte de mon erreur. Je ne pouvais pas faire demi-tour, je savais que j'allais retomber sur cette bande de zombis affamés. Ils n'avaient pas l'intention de laisser leur repas s'échapper. Je marchais lentement, je ne voulais pas risquer de faire du bruit et de me faire repérer si d'autres rôdeurs étaient dans le coin. Je devais me protéger, survivre. Je m'étais emparée d'une énorme branche d'arbre qui était à moitié cassée. Je voulais être discrète, c'était raté. Le bruit du bois qui se casse avait dû se faire entendre. Je ne devais pas rester là. La branche à la main, je continuais de marcher, sans même savoir si le camp était à ma droite à ma gauche, derrière moi ou devant moi. J'avais beaucoup trop tourné pour m'en souvenir. Il commençait à faire vraiment noir et je n'avais pas de quoi m'éclairer pour retrouver mon chemin, quand bien même, cela serait vraiment trop risqué, on pouvait me repérer facilement avec la lumière. J'allais devoir passer la nuit dans la forêt. Ce serait certainement plus facile de rentrer avec la lumière du jour pour m'éclairer discrètement. Je marchais encore et toujours pour ne pas m'endormir. Passer la nuit en forêt était très risqué. Je pouvais tomber sur un rôdeur ou sur un de ces fous n'ayant aucune pitié et se fichant de l'humanité qui était en train de s'éteindre. Il y avait du bruit derrière moi, j'avais l'impression d'être suivie. Je n'avais pas l'impression de rêver. Je voulais presser le pas, mais cela n'allait servir à rien sauf à me faire vraiment repérer. Sans hésiter, je m'étais arrêtée, m'adossant à un mur et serrant aussi fort que possible le morceau de bois que je tenais dans la main. Je prenais une forte inspiration, comme pour me donner du courage. Je me concentrais sur les bruits de pas qui se rapprochaient de moi. Sans hésitation, je lançais mon bras avec violence pour assommer cette personne. C'était une femme et n'avait pas l'air de ressembler à ces personnes que l'on devait craindre. Heureusement, je m'étais arrêtée à temps, avant que le bois ne frappe son visage. Je reculais d'un pas, tout en regardant cette personne, sans même prendre la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 153
avatar : Freya Mavor
copyright : Tumblr (gifs & images), Plateau Avatar (avatar), Anaëlle (Signature)

MessageSujet: Re: L'obscurité réveille les craintes + Paige   Sam 29 Oct - 0:56

Cliquetis. Cligne. Cligne. Cliquetis. TAP.TAP.TAP.
Paige tapotait, avec agacement, l'arrière de sa lampe torche qui commençait, sérieusement, à lui faire défaut. Les piles rendaient l'âme, pile (et ce, sans mauvais jeu de mots) au moment où les bois se transformaient en un amas d'ombres difformes et horrifiques. Génial. Fort heureusement, ses mésaventures d'il y a quelques jours, lui ayant valu une blessure bénigne (mais à tout de même surveiller) au bras dans le vieux centre commercial de la ville, avaient su lui apporter un peu de bon : des piles de rechanges.
Pourquoi l'Irlandaise galère-t-elle avec des piles en fin de vie au lieu de, tout simplement, les changer, me diriez-vous? Eh bien, chers amis, oubliez-vous déjà l'importance du sens de l'économie dans un tel monde post-apocalyptique ? Économiser ses ressources est la clé du succès. La O'Neill ne fera l'échange qu'une fois sa source lumineuse à plat.

Frrisch. Un bruit dans les fourrés. Paige se retourne à la vitesse de l'éclair, braquant son irrégulier et faible faisceau de lumière dans la direction du son. Rien ? Elle n'a pourtant pas rêvé... Tch. La fatigue finira, vraiment, par avoir raison d'elle...
Graaargh... La survivante sursaute, la faisant se heurter à une branche. Un bras l'agrippe. Il est là, ce con !
D'un mouvement brusque de répulsion, le rôdeur tombe à la renverse, laissant le temps à sa cible de dégainer son couteau. Ce dernier vint se planter dans le crâne flasque à moitié dégarni de ses longs cheveux blonds, probablement soyeux autrefois.
Ça alors. J'ai tué Barbie. Cracha sarcastiquement l'Irlandaise dont les battements de cœur trahissaient la bouffée d'adrénaline qu'avait causée cette confrontation inattendue. S'ensuivit un mélodieux "Putain !" tandis qu'elle essuyé la lame de son arme sur son pantalon. Non seulement t'essaye de me bouffer, mais, en plus, tu me cases la chanson la plus moisie et chiante de tout l'univers de l'humanité en tête ?! Sérieusement !

I'm a Barbie Girl, in a Barbie world
Life in plastic, it's fantastic..
.

La jeune femme donna un coup de pied dans la dépouille du cadavre lui valant ce "merveilleux" cadeau -ironie, quand tu la tiens-.
Je suis pas prête de t'oublier, le zombard... Ta petite chansonnette est prête à m'accompagner pendant une bonne semaine.
Un grognement mécontent, puis, la voilà repartie. Voilà qu'elle avait, bêtement, fait du bruit.

----

Cela faisait des heures qu'elle marchait. Ou peut-être, juste, des minutes ? Madame perdait la notion de ce temps qu'elle trouvait de plus en plus long. Sa lampe était morte en chemin, mais, la lueur pâle et froide de l'astre du soir s'avérait miraculeusement suffisante pour savoir, un peu près, où ses pas la menaient. Et, où la menaient elle ? Sur la piste de quelqu'un comme elle. Faite de chair, d'os, de sang et dont le pouls n'est pas, encore, inexistant. Cette silhouette, qu'elle suivait discrètement de loin depuis un moment déjà, voyageait léger. Ce qui voulait dire qu'elle avait un endroit où se ravitailler, se reposer... Un endroit que Paige pourrait, potentiellement, piller. En espérant, simplement, que l'autre n'était pas lourdement armé ou bien accompagné...
Cet instant de réflexion suffit à perdre la personne de vue. Merde. Paige se voit dans l'obligation de presser le pas. Ne voulant pas laisser s'échapper son "gibier". Gibier qui lui vaudra un coup sur la tête une fois longé un vieux muret délabré. Double Merde.

Redressant la tête sans tarder, la blonde a pour première réaction de vérifier si rien de potentiellement dangereux pour sa vie (couteau, fusil, cure-dent...) ne lui est pointé dessus. Se concentrant, après cela fait, sur le visage de l'inconnu, ou plutôt, inconnue, dont elle redoutait le moindre geste.
Elle allait devoir agir vite si quelque chose ce passe. D'autant plus qu'avoir les fesses à terre n'était pas la plus avantageuse des postures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 55
avatar : Gemma Arterton
copyright : Shiya & tumblr

MessageSujet: Re: L'obscurité réveille les craintes + Paige   Dim 6 Nov - 16:53

L'obscurité réveille les craintes
--------------------------------------
La nuit était tombée et je n'avais toujours pas retrouvé le campement. J'allais devoir passer la nuit dans cette forêt. Je n'avais rien pour m'éclairer, sauf les quelques rayons de lune qui traversait les ouvertures entre les différentes feuilles. Rien de suffisant pour pouvoir se repérer ici. J'avais toujours détesté les nuits en forêts, même si j'en avais pris l'habitude depuis mon retour ici. Je détestais les nuits quand elles me semblaient étrangement calme, mais surtout quand une impression d'être suivie était aussi forte qu'elle l'était cette nuit-là. Je devais me protéger, je ne savais pas qui était là, parce que j'en étais certaine, il y avait quelqu'un d'autre que moi dans cette forêt. Je m'étais emparée d'une lourde branche d'arbre pour pouvoir me défendre en cas de besoin. Il n'y avait plus aucun doute, je voyais cette personne de mes propres yeux, je n'étais pas devenu folle à vivre dans un monde comme celui-ci. Je ne m'étais pas inventée des silhouettes, des bruits… Sans réfléchir, j'avais frappé cette personne de ma branche avec une telle force que je l'avais fait chuter au sol. J'aurais pu prendre la fuite sans me retourner pour sauver ma peau, je pouvais être en danger. Pourtant, je n'en avais rien fait. Je déposais la branche à la verticale, sur le sol, pour pouvoir m'en saisir rapidement si j'en avais besoin. On ne savait jamais ce qui pouvait arriver. Cette personne pouvait être dangereuse, si c'était encore une personne humaine et qu'elle ne s'était pas transformée en l'un de ses monstres que l'on appelait les rôdeurs. Je faisais un pas vers elle, me courbant pour mieux voir son visage. Ce qui m'avait fait sursauter et bondir en arrière quand cette dernière avait redressé la tête. Elle était humaine, c'était déjà ça. Son visage était un peu plus visible, mais pas encore clairement. Je détestais les nuits quand elles me semblaient étrangement calmes, mais surtout quand une impression d'être suivie était aussi forte qu'elle l'était cette nuit-là. J'avais agi sans réfléchir, alors que je prenais toujours le temps d'analyser la situation avant d'agir, comme par hasard, je ne l'avais pas fait cette fois-ci. « Oh mon dieu ! C'est toi, je ne t'avais pas reconnu dans le noir. Est-ce que ça va ? Je suis sincèrement désolée. Je vais t'aider à te relever. » Je m'étais accroupie, pour l'aider à se relever. Je regardais son visage, sans jamais comprendre que je faisais erreur sur la personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'obscurité réveille les craintes + Paige   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'obscurité réveille les craintes + Paige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "La vidéo qui réveille^^"
» Pour pourfendre une veille bedaine, et lui vider ses pleines gibernes. [PV]
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]
» [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]
» [Terminé] Par une aprem ensoleillée de déprime [Paige]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'LL EAT YOUR BRAIN ::  :: les alentours :: les forêts-
Sauter vers:  
L'horreur s'approche au fur et à mesure de ta petite bulle, tu es seul, perdu, face aux monstres des ténèbres. Avant que le rôdeur ne puisse te croquer, j'arrive à la rescousse pour t'aider. Je te guide le chemin pour survivre dans un monde tel que celui-ci. Dans un premier temps tu devras lire le guide de survie, il t'aidera dans les jours à venir. Je te conseille également de savoir avec qui tu traînes, jette un coup d'oeil dans les groupes, tout dépend pour ta survit. Apprends également à te connaître, va donc te présenter, tu seras quoi faire par la suite. Si tu es encore perdu, essaye de te tisser des liens. On avance mieux en groupe que tout seul.