Partagez | 
 

 Hurt is part of the package.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
souvenirs : 33
avatar : Frank Dillane
copyright : Fassylover, tumblr

MessageSujet: Hurt is part of the package.   Mar 27 Sep - 12:03

HURT IS PART OF THE PACKAGE. —




— ELIJAH, TONY & LYRA
J'ai le souffle court. Mes oreilles cillent. Je vois rien. Tout est embrouillé. La poussière entre dans mes narines et m'empêchent de respirer. Je suffoque, dû à la chute. Parmi ce nuage de poussière, je peux quand même entre-voir deux têtes qui me regardent. Elijah et Lyra. Bordel. Dans quel merdier je nous ai encore foutu? Tout ça car je voulais récupérer des amphétamines ou des médicaments qui auraient pu nous être utile à tous. Autour de moi, tout est sombre. Je peux enfin les entendre crier, mais ça ne sert à rien. Je le sais. La place est complètement contaminé par les zombies. D'une voix étouffée, j'essaie de crier à mon tour «Partez!» mais je doute fort qu'ils puissent m'entendre. Soudain, dans un coin sombre, j'entend un bruit. Quelque chose qui semble traîner au sol. Mon coeur s'accélère et j'essaie de me dégager des plus gros débris tombés sur moi mais ils sont si lourds ...et j'ai si mal que je peine à y arriver! La chose s'avance de plus en plus et je peux enfin la voir. Une zombie en décomposition intense. Des lambeaux de peau sur son visage. Un oeil arraché et la mâchoire tombante comme si elle aussi, on aurait voulu lui arracher. Étrangement par contre, même si brisée, je la vois bouger comme si rien n'était. Ce qui m'angoisse d'avantage!

Rapidement, je me met donc à chercher quelque chose de tranchant autour de moi. Un objet. Couteau? Hache? La respiration rapide par la peur, je sens mes énergies diminuer quand je vois un bout de bois ressemblant à un pieux. Je tend alors ma main vers celui-ci mais il semble un peu trop loin. Vite, je penche mon corps un peu plus tentant de ne pas trop crier de douleur quand tout à coup, je sens quelque chose m'agripper le bras. Je retourne vite mon regard et me retrouve presque face à face au zombie. La panique! J'essaie de la pousser mais elle s'accroche à moi comme une sangsue! C'est alors que je me penche un peu plus vers le bout de bois, réussi à l'atteindre quand j'entend des coups dans la porte. Des sons. Ces sons qu'on ne veut pas entendre! Ceux des zombies! Merde, je dois absolument dégager d'ici!

J'empoigne vite le bout de bois entre mes doigts et me retourne juste à temps pour lui planter le pieux sous le menton. Assez fort pour qu'il puisse atteindre son cerveau. Si j'avais pu voir la vie disparaître de ses yeux à cet instant, j'en aurais été malade ...bien que fasciné. Seulement, rien de tel n'arriva. Elle était déjà morte depuis trop longtemps. Je me laisse ensuite retomber la tête contre le sol, épuisé, afin de reprendre mon souffle quand soudain, j'entend la porte commencer à craquer. Bordel de merde! Je n'aurai donc aucun répit?! Non seulement, je ne peux plu bouger pour l'instant car j'ai mal partout. Surtout à ma jambe gauche mais aussi, je n'ai aucun issus dans cette pièce! La porte craque encore et je peux maintenant entrevoir des mains passer au travers. Un peu comme cette fameuse scène de The shining, où le personnage de Jack Nicholson fini par briser la porte en disant «Coucou chéri! C'est moiiii!!!» Bref. Je suis mal barré.

C'est alors que me vient une idée. Je me met à plonger mes mains dans le sang du zombie sur moi et m'enduit le visage, le cou, les bras. Mon torse et ce que je réussi à atteindre de mes jambes avec celui-ci. Au moment où je viens me replacer sur le dos, la porte se brise et je referme mes yeux. J'entend des pas. Des grognements s'approcher de moi. Des objets qui se brisent. Sans doute car ils les ont heurter. Soudain, je sens des mains se balader sur mes jambes. Mon flanc. Je peux en entendre un renifler l'air et pour la cause, je m'arrête de respirer à cet instant. Bon sang, j'ai si peur! mais quelque chose semble les empêcher de me trouver. Comme si le sang du zombie les aurait bafoué.

Peu de temps après, j'en entend quelques uns quitter la pièce. J'ouvre alors mes yeux et je peux en voir seulement deux restant, tout au fond de la pièce. Ils semblent perdus ...Un peu comme moi, en fait. Je reprend alors mon air, subtilement et ma tête se dépose à nouveau contre le sol. Le regard fixé vers ce trou maudit. Je sens mes forces diminuer d'avantage et ma conscience se perdre. La douleur et la peur auront bientôt raison de moi. J'ai envie de vomir, mais je me sens trop faible pour commettre le geste, de toute façon. Je referme donc les yeux et sombre lentement. Inconscient. Dans les pommes, comme ma professeure  de maternelle aurait dit.


-------------------------------------------------

Il est tard. Je marche depuis des heures sans savoir où aller. Où sont-ils? Je n'en sais rien. Je les cherche, sans trop savoir pourquoi, d'ailleurs. Je me dis qu'ils sont bien mieux sans moi, maintenant ...mais d'un autre côté, je veux tant les revoir! Les serrer à nouveau dans mes bras! Autant je peux agir en mec solitaire, autant j'ai besoin de mes amis. Ils sont la seule famille qui me reste ...et la seule que j'aurai jamais eu. Je sais que je leur en ai fait bavé dans cette bâtisse mais ...mais j'aimerais surtout leur dire la vérité. Leur dire que je cherchais de la médication non seulement pour moi ...mais pour nous trois, aussi! Que je ne suis pas qu'un addict égoïste! Que j'ai vraiment pensé à eux aussi! mais plus je marche dans cette route déserte, plus mes espoirs s'éloignent lentement.

De plus, j'ai si mal à ma jambe gauche que je n'ai d'autre choix que de la faire traîner derrière moi. Un peu comme un zombie. Je pourrais vraiment me fondre dans la masse, maintenant, avec tout ce sang sur moi et ma démarche! J'ai plutôt l'air d'un mort-vivant que d'un vivant, quoi! Si ça se trouve, je les ai déjà croisé sans le savoir et ils ont simplement cru que je n'étais qu'un zombie! Ça serait plausible, non? Bref. Levant mes yeux vers le ciel, je m'aperçois qu'il s'est assombri depuis la dernière fois que j'ai posé mes yeux sur lui. Il fait plus froid aussi, maintenant... et mes habits en lambeaux ne m'aident pas à garder ma chaleur, disons! Je frissonne et tousse un peu. Mon esprit semble au ralenti tant j'ai faim et soif à la fois. Mon ventre grogne et cri famine tandis que ma gorge s’assèche de plus en plus à chaque seconde.

Au loin, je peux voir quelques silhouettes mais cela ne me fait plu rien. J'ai perdu la force de m'inquiéter. De plus, je sens que ce sang me protège d'eux, pour une raison obscure. Peut-être qu'ils croient que je suis leur semblable, maintenant. Peut-être que je le suis ...ou que je l'ai toujours été. L'état du zombie n'est pas très loin de ce que je pouvais être quand je me droguais avec mes drogues fortes. Je m'en souviens très bien. Absence de coordination. Dialecte étrange. Démarche étrange. J'étais un peu comme eux, disons. Seulement, je ne mangeais pas d'humain. C'est bien tout ce qui nous séparait. Je continu de marcher un peu avant de m'arrêter subitement. Je me sens complètement déshydraté. Perdant mes forces, je tombe mollement à genoux et lourdement sur le dos, par la suite. Au centre de cette route déserte. Je ne m'étais pas rendu compte qu'il s'était mit à pleuvoir mais je n'ai même plu la force d'ouvrir grand ma bouche afin d'y laisser s'infiltrer les gouttes de pluie. Je sens par contre mon corps se mettre à frissonner de plus en plus, dû à la froideur et mon état de faiblesse. Vais-je mourir ici...? Vais-je revivre en zombie...? Je referme lentement mes yeux en sentant mes esprits se mettre à vagabonder dans un état de somnolence. Je sens que je vais bientôt m'assoupir et devant mes yeux, dans mon délire, je peux voir Lyra danser lentement sur cette route ...Elle est si belle... Un vrai petit ange...
code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 153
avatar : evan peters

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Ven 30 Sep - 15:04

HURT IS PART OF THE PACKAGE. —




— ELIJAH, TONY & LYRA
Nous sommes rentrés, sans un mot. La culpabilité pesant sur nos épaules, ça ne faisait aucun doute. Elle s’est abattue sur nous et nous a sucer jusqu’à la moelle, comme une sangsue. Pourtant, je savais qu’il n’y avait rien d’autre à faire. Les fouilles de nuit étaient trop dangereuses et on ne savait même pas où chercher exactement. En rentrant, j’ai fait mon rapport à Thelma. Elle n’appréciait pas Tony plus que ça, c’était un drogué et elle le savait bien. Mais il était mon frère de cœur, alors elle ne disait rien. Elle accepta que nous ressortions à la première le lendemain. Evidemment, rien n’aurait pu nous empêcher ; ma dévotion envers elle avait ses limites. Lyra et Tony passeraient toujours avant. Sans doute, qu’elle le savait aussi. Je restais un bon élément, pour ne pas dire excellent, alors elle fermait les yeux là-dessus, je pense.
Après une nuit de merde, pendant laquelle j’ai dû dormir 2 heures, tombant d’épuisement, je me suis levé et j’ai filé au petit-déjeuner. Lyra arriva quelques secondes après moi. Elle était cernée aussi, ça faisait ressortir ses magnifiques yeux bleus. Mais son regard n’avait rien de doux, il était emplit d’angoisse et culpabilité. Où bien y voyais-je seulement le reflet du mien ? On s’est mis d’accord sur l’ordre de nos fouilles, et nous sommes partis.

Ça fait des heures qu’on marche. Il a fait lourd toute la journée, je me sens poisseux. Dans tous les sens du terme. Pas de trace de Tony au point de rendez vous et aucune dans l’immeuble. Une chose est sûre : il l’a quitté. Mais comment ? Sous quelle forme ? Nous n’osons pas émettre la question à haute voix. Que ferais-je si je le vois zombifié ? Est-ce que je parviendrais à l’abattre comme un chien ? Les autres je m’en fou, je ne les connais pas, ils ne sont rien que des carcasses vides et pourries. C’est même avec un plaisir non dissimulé que je les explose, que je fais gicler leur sang noir, que j’éclate leur boîte crânienne et que je les regarde s’écrouler comme des pantins désarticulés. En chacun d’eux je vois ceux qui m’ont pourrie la vie. Mais Tony….

« Merde, il pleut. »

Ça y’est, la pluie a fini par se ramener. J’aime la pluie, mais pas quand je suis en chasse. Elle colle aux fringues, elle fait glisser, ça peut vite devenir une galère. Le seul avantage c’est que les autres nous captent moins vite, mais nous aussi. J’attire Lyra à l’abri sous le parasol d’une boutique, à moitié déchiqueté par les intempéries.
« Je crois qu’on va devoir l’appeler. Il peut se planquer n’importe où. »
J’ai bien pensé à tagguer les murs pour lui rappeler où est notre point de rendez-vous, car il est bien foutu de ne plus savoir où est l’hôpital, sauf que ça pourrait attirer des indésirables. Parlant de ça, il y a une poignée de marcheurs qui avancent vers nous. Je ne sais pas s’il nous ont vus ou s’ils avancent au pif. Je fronce les sourcils en m’arrêtant sur l’un d’eux. Non. Impossible. Je plisse les yeux pour mieux voir.

« Non… »

Mon pire cauchemar. Je dois me tromper. Je veux que Lyra me dise que non, ce n’est pas Tony qui avance comme un mec bourré devant ses congénères vérolés. Il ne peut pas. Je me sens tout tendu, mâchoires serrées, j’ai même le nez qui pique. Bordel, c’est pas possible !

code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 210
avatar : Kara Scodelario
copyright : x

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Sam 1 Oct - 5:00


Etait-ce pire que de se perdre soi-même ou l'un de ses meilleurs amis ? Lyra ne savait pas répondre à cette question, fixant le plafond qu'elle ne distinguait pas dans l'obscurité, couchée sur son lit de fortune. Surement avait-elle de la chance, par rapport à l'endroit où le Devaux était allongé... Les larmes lui piquèrent les yeux à cette pensée, pour la énième fois depuis qu'ils étaient rentrés sans Tony. Elle refoulait à chaque fois son angoisse, sachant pertinemment qu'à un moment ou un autre, il lui faudrait craquer.
Elle aurait au moins voulu affronter la nuit interminable dans les bras d'Elijah, et non dans un dortoir pour filles, comme Thelma le leur avait imposé. La Thompson n'avait aucune amie là, bien au contraire, et montrer un signe de faiblesse était inenvisageable. Elle avait beau faire partie d'une communauté, son instinct ne la trompait pas et lui intimait la prudence... En cas de danger, elle savait ce que privilégierait la survie, et ce ne serait pas la solidarité.

Le matin ne pouvait arriver trop vite... Si elle avait fermé les yeux quelques instants peut-être, Lyra s'en aperçut à peine, tant le temps lui parut long et affreusement angoissant. Dès le lever du soleil, elle était prête à parcourir les environs à la recherche de son ami... De son cadavre peut-être... Elle ferma les yeux pour chasser cette idée, en attendant de rejoindre son acolyte de toujours, à l'entrée de l'hôpital.
Ils n'avaient pas besoin de se parler pour comprendre... Un simple regard suffisait au garçon pour savoir que la Thompson avait dormi en enfer, et qu'elle avait guetté les premiers rayons du soleil.
Et elle lui en voulait un peu, injustement, de l'avoir laissée seule... Elle aurait voulu qu'il soit là, plus que tout au monde. Elle avait besoin de sa présence plus que Tony de ses drogues, elle ne pouvait plus vivre sans lui, sans eux, et il n'avait pas l'air de le comprendre parfois... Elle même d'ailleurs aurait eu du mal à se l'avouer clairement. Au moins, il était là, et en avance, presque.  

Ils avaient établis un plan d'action, et ils comptaient bien le mener jusqu'au bout, malgré la pluie qui décida d'agrémenter leur recherche, en rendant leurs vêtements aussi pesants que leur moral. Si la nuit leur avait fait rebrousser chemin, à cause du danger qu'elle représentait, la boue quand à elle ne pouvait pas les arrêter, et Thelma devrait les attendre jusqu'au soir, si jamais ils ne croisaient pas la route de Tony avant.
Lyra, au bord de la crise de nerfs, épuisée de fatigue, agissait méthodiquement, mais parfois sans logique : elle ne laissait pas le moindre carton non retourné, visitait la moindre pièce... A tel point que parfois son obsession de vérifier les moindres recoins en était presque ridicule.
Jamais cependant Elijah ne lui fit la remarque que le corps du Devaux n'aurait pu être contenu dans un si petit espace, ou qu'il voyait en transparence que rien ne se trouvait derrière cette vitre brisée.
L'envie de hurler le prénom de Tony était tellement forte que la Thompson en avait la gorge nouée, douloureuse, à moins que l'humidité et le froid n'eussent raison de sa santé affaibli par le manque de sommeil... Elle ne cria pas uniquement pour préserver le Bloodshire - seule, elle aurait rameuter tous les zombies du coin juste pour vérifier que Tony n'en faisait pas partie, avant de se laisser dévorer, sans doute, si le contraire avait été ainsi prouvé.

    - Non... Répondit en écho Lyra, à la négation d'Elijah, dont elle suivit le regard... Horrifiée, ses prunelles bleues venaient de tomber sur une silhouettes trop familière, avançant lentement près d'une horde de ce qui paraissait à présent ses semblables. C'est pas possible...


Cette fois-ci, ses mots s'étranglèrent dans sa bouche. Son cœur se serra en constatant qu'elle avait presque l'espoir que ce soit bien lui, pour clore enfin cette quête, faire taire l'incertitude et l'angoisse... Et s'il était devenu ainsi, elle voulait le garder sous cette forme, le conserver assez longtemps pour que quelqu'un trouve un remède...
Elle secoua la tête, et laissa ses larmes se fondre au gouttes de pluie qui ruisselaient sur ses joues. Elle devenait folle, pour sûr, car jamais elle n'avait cautionné auparavant les dingues qui voulait maintenir des proches en l'état de décrépitude dans lesquels ils étaient tombé, au risque de se faire mordre par eux, un jour.

    - TONY ! Lança-t-elle, malgré elle, en commençant à courir droit sur les cadavres, sans même sortir ses armes. Elle était perdue, elle voyait un phare et non plus les rochers qui l'entourait.


Depuis combien d'années se connaissaient-ils, pour qu'elle ne puisse plus hésiter maintenant à le reconnaître parmi une foule entière, derrière un rideau d'eau, et une bonne couche de sang et de pourriture ? Elle avait deviné une expression, sur son visage, qu'un mort ne pouvait pas traduire... Une étincelle dans ses yeux, quand il l'avait vu s'approcher, qui ne trompait pas, malgré sa démarche agonisante...
Son Tony était toujours là sous la pourriture, il était vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 33
avatar : Frank Dillane
copyright : Fassylover, tumblr

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Mar 4 Oct - 12:26

HURT IS PART OF THE PACKAGE. —




— ELIJAH, TONY & LYRA
Je suis fatigué. Épuisé. Mes tremblements ne font qu'augmenter au fil des minutes. La pluie colle mes vêtements sur mon corps, faisant en sorte que ma peau devienne de plus en plus glacée. J'ai froid. J'ai faim et soif. De plus, je ressens le manque comme jamais. Je peux sentir mes entrailles se tordent en moi et mon coeur battre un peu trop vite. J'ai la nausée, mais je sais que si je vomis, les zombies vont sentir et venir me prendre d'assaut. Il ne faut pas. Je dois penser à autre chose. Me concentrer sur ma respiration! mais c'est alors que je sens mes jambes me lâcher et tombe à genoux, avant de m'étaler complètement au sol. Sur cette route effrayante et déserte. Fourmillant seulement de zombies nauséabonds. Mon regard se relève ensuite vers le ciel gris. Ce ciel qui me semble si normal, comparé à ce qui m'entour. Ce ciel que j'ai souvent vu et observé pendant de longues heures, avant cette apocalypse.

Seulement, quelque chose vient me réveiller de mes ténèbres. Un son. Une voix. Cette voix... j'aurais pu la reconnaître n'importe où. Mon regard se tourne alors vers la droite. La gauche... et je la vois. Ouvrant la bouche faiblement, j'essaie de dire son nom mais en vain. Je n'y arrive pas. Ma gorge est trop sèche et endoloris pour y parvenir. Serrant les dents, j'essaie de m'asseoir mais voit qu'elle se met à courir vers moi. Vers ces zombies qui m'entour. Derrière, je peux apercevoir Elijah qui semble tout aussi inquiet. D'un murmure, je lance un «Putain ...» avant de jeter mon regard vers un zombie qui passe à mes côtés. Rapidement, je le tire par la jambe afin de le faire tomber sur moi et lui transperce le crâne à l'aide de mon couteau avant d'ouvrir complètement son thorax.

Je me relève ensuite. Imbibé de sang et regarde Lyra qui s'avance de plus en plus. Je me penche ensuite vers le dit zombie et lui prend son foie et son coeur que j'insère dans  mon t-shirt avant de m'avancer rapidement vers elle, lui prendre la main et la tirer vers moi en déposant le coeur à nos pieds. Je la serre ensuite fort contre moi afin de lui mettre un peu de sang sur elle, lève mes bras au dessus de sa tête et transperce le foie afin de faire couler le sang sur sur elle. Je plonge ensuite mon regard dans le sien, laisse l'organe retomber au sol et lui prend le visage par les deux joues avant de murmurer «Sssh...ssssshh...», coller mon front contre le siens et me reculer pour regarder Elijah. D'un geste rapide, je prend ensuite le coeur en m'approchant de lui et fait la même chose. En voyant le sang couler sur la tête de mon meilleur ami, je ne peux m'empêcher de détailler son expression. Le pauvre. Il a l'air si inquiet ...et à la fois si déconcerté.

Les zombies se calment presque aussitôt et continuent leur chemin tranquillement. Quelques uns viennent nous sentir mais sans plus. Perdant mes énergies, je fini par tomber dans les bras d'Elijah avant de me heurter mollement au sol. Je n'ai plu la force. J'ai tout donné. Heureusement, la horde de zombies commence à s'éloigner de nous, nous laissant complètement seul au bord de cette route digne d'un film d'horreur. Je porte à nouveau mon regard vers le ciel et murmure «Je ...m'excuse...» non pas seulement à eux, mais à l'univers entier. Comme si les cieux allaient m'entendre. Comme si j'allais avoir ma rédemption ...
code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 153
avatar : evan peters

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Ven 7 Oct - 15:27

HURT IS PART OF THE PACKAGE. —




— ELIJAH, TONY & LYRA
A la recherche de Tony, nous agissons comme des zombies. Et, à bien y réfléchir, ça ne date pas d’aujourd’hui. A la seule différence, qu’on ne se bouffe pas. Souvent, je me demande ce qui est pire : être mort, être une de ces choses sans sentiments ni états d’âmes, ou survivant. Je n’ai la réponse que lorsque je pose les yeux sur Lyra. Ne plus la voir, ne plus l’entendre, ce serait pire que tout le reste. Je voudrais tellement la toucher, pas juste lui prendre la main pour s’enfuir ou se cacher comme je le fais souvent. La toucher vraiment. Dehors et à l’intérieur. Je voudrais lui dire que j’ai tué pour la venger, que je m’en veux à m’en faire saigner de n’avoir pu la protéger de ces fils de pute, que je n’envisage pas ma vie sans elle. Que je l’….

Mais il y a Tony. Je vois bien comme il la regarde, comme il ose afficher son attirance. Je ne peux pas lui faire ça. Et à aucun moment je me dis que sa disparition me le permettrait. Non. Et je préfère de loin rester comme un con plutôt que perdre mon seul ami. Je veux le retrouver. Ça me prend aux tripes et je suis prêt à retourner cette putain de ville !

Alors quand je le vois au milieu de choses, forcément, je disjoncte. Je me vois sans réaction, Tony planta ses crocs dans la gorge de Lyra qui saute à son cou tellement heureuse de le retrouver, le sang qui gicle, les hurlements que je n’entends même pas, Tony qui relâche son corps sans vie avant de me fixer. Je vais être son deuxième déjeuner. Puis-je tuer mon frère ? Non, je vais partir avec eux. Nous errerons à tout jamais. Est-ce que ça fait mal de mourir ? Est-ce qu’on sent le moment où la dernière étincelle de vie quitte notre corps ? Est-ce que l’âme se barre ailleurs et seul le corps continue d’avancer ?

Non ! Cette fin ne me convient pas. Je m’élance derrière Lyra, prêt à frapper l’enveloppe charnelle de Tony. Je t’aime mon ami mais je ne peux pas. Il tombe à genoux avant qu’elle ne fonde sur lui. Les morts ne font pas ça, pas vrai ? Mon cœur s’emballe et les larmes me montent aux yeux. Vivant ! Il est vivant !!

Mais là, tout s’enchaine. Nous ne sommes pas seuls pour ces belles retrouvailles. J’éclate le crâne du plus proche de moi. Le spectacle qui s’offre à moi est complètement tordu. Tony badigeonne Lyra de sang, il a l’air en plein trip rituel sataniste ou je sais pas quoi. Qu’est-ce qu’il a pris ? Pas le temps de demander qu’il approche pour faire pareil. Je l’observe sans broncher. Je le laisse faire, cherchant une trace de morsure sur lui. Impossible à voir. Alors je fais juste gaffe que le sang ne me tombe si dans la bouche ni les yeux. Alors nous sommes comme trois cons, trois statues dégueulasses. Je suis prêt à brandir ma batte pour dégommer le marcheur qui arrive mais il ralentit. Comme s’il hésitait puis il passe avec l’air de chercher quelque chose. J’ouvre la bouche mais bloque les mots dans ma gorge. Les autres se baladent autour de nous, genre ils ont envie et finalement non.

Finalement, Tony s’écroule contre moi, je le retiens pour lui éviter de s’éclater par terre. Il s’excuse. Je regarde Lyra. A qui parle-t-il ? Oh OSEF en fait ! Je souris à la jolie brune. Ce qui doit faire très bizarre vu que j’ai la gueule pleine de sang et restes zombifiés, mode tueur en série barjo. Super pour le sexappeal ça.

« On va se mettre à l’abri. Je le porte, ouvre la voie. »

Il y a un magasin tout près, entrée dégagée, personne à l’intérieur. On y va rapidement et discrètement. Ça pue. Non, c’est nous. Sympa le stratagème mais trop dégueu. Je pose Tony dans un coin au fond avant de me tourner vers Lyra et presser sa main.

« Ça va ? »

Quand j’ai sa réponse, je baffe Tony.

« Tony, réveille-toi. »

Je ne sais, je ne suis pas délicat. Je sors ma bouteille d’eau pour lui, mais surtout pour l’ausculter correctement et voir s’il a été touché par ces choses.

« Hey mon vieux, qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

Un mec normal pleurerait de joie, lui ferait des câlins ou je ne sais quoi. Mais je n’ai jamais été normal. Il me regarde avec des yeux ronds comme des billes et je me marre, laissant apparaître mes fossettes.

« Tu nous as bien fait flipper, mec ! »


code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 210
avatar : Kara Scodelario
copyright : x

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Sam 8 Oct - 7:21

Un liquide chaud dégoulina sur son front, et le cœur de Lyra manqua un battement. A force de subir ces dérèglements, son organe cardiaque allait bien finir par s'arrêter, non ? Et quand elle croyait que c'était la fin, pourtant, elle se surprenait encore, trouvant la force d'esquisser un demi sourire, derrière le rideau de pluie et d'hémoglobine qui couvrait son visage. L'odeur était immonde, c'était celle de chair putréfiée, de globules blancs qui avait du tourner au jaune caillé... La Thompson n'y prenait même plus garde.
Si elle avait souffert dans les premiers temps du manque d'hygiène, elle ne s'en préoccupait plus autant à présent. Un peu plus ou un peu moins de liquide gluant sur la peau, ça ne faisait guère une grande différence. D'autant plus que l'eau qui lui tombait en même temps dessus aurait tôt fait d'éliminer cette couverture puante.

Lyra ne comprenait pas, mais elle ne pouvait plus se permettre de réfléchir... La fatigue l'emportait sur sa logique. Pourquoi les rôdeurs ne les avaient-ils pas tué ? Pourquoi Tony se comportait-il comme un fou, tout droit sorti d'une secte bien pire que celle de Thelma ? Peut-être pas d'ailleurs... La jeune fille n'en avait aucune idée.
Elle voulait juste rentrer, dormir en sachant que sa famille était sauve.
Sa famille, désormais, c'était le Bloodshire, c'était le Devaux. Dans ce monde là, ils pouvaient tout reconstruire, ils pouvaient changer de noms, et être qui ils voulaient. Elle, elle voulait être avec eux, au prix de sa propre identité s'il le fallait.
Heureusement qu'elle n'est pas seule, car son temps d'action étant considérablement ralenti par ses émotions, Lyra réagit à peine à la menace qui se profilait toujours, et dont il fallait s'éloigner à tout prix. Elijah l'avait bien compris, et les entraina à l'écart, pour faire un point - être enfin apte à parler. L'adolescente obéit aveuglément à ses ordres, ouvrant la porte, hochant la tête lorsqu'il s'inquiéta de son état.

    - Tony... Soupira-t-elle, comme pour détourner l'attention d'elle-même. Elle, de toute façon, elle était définitivement brisée depuis longtemps, alors il n'y avait plus grand chose à faire, surement. Elle ne méritait pas qu'on s'appesantisse sur son cas : elle était de toute façon destinée à survivre à tout, apparemment. Prends ça.


Elle venait de sortir de sa poche une barre de céréales écrasées, récupérée dans la maigre réserve de l'hôpital. Tony devait reprendre des forces, s'ils voulaient pouvoir s'en sortir à présent, tous les trois. Elle ne lui laissait plus le choix... Elle l'empêcherait désormais de partir seul chercher ses cachets dans les salles de bain abandonnées dont le plancher n'était plus très solide. Elle préférerait tomber avec lui, au pire.
Ses prunelles bleues scrutèrent le corps de son ami, revenant à la réalité. Il était blessé, c'était évident. La jambe ? La cheville ?
Quoi qu'il en soit, il ne fallait pas trop s'attarder dans le coin, sans rien pour le soigner.
Et il ne leur restait plus beaucoup d'énergie... Ils seraient tous mieux dans un véritables abri, qui leur donnerait de quoi palier aux besoins urgent. Ils avaient besoin de leur foyer d'adoption, de l'expertise des sbires de Thelma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 33
avatar : Frank Dillane
copyright : Fassylover, tumblr

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Mer 2 Nov - 11:08

HURT IS PART OF THE PACKAGE. —




— ELIJAH, TONY & LYRA
Les forces manquantes, je suis à demi-conscient quand je sens mon corps se soulever rapidement. Elijah me porte dans ses bras jusqu'à un magasin où il me dépose dans un coin. Je me sens étourdit. Dérouté par le fait qu'ils soient là, avec moi. J'ai cru que je n'allais plu jamais les voir, alors qu'ils soient devant moi comme ça, j'ai encore peine à y croire! Mon regard se porte ensuite lentement sur Lyra qui semble toute aussi confuse et perturbée que moi. Même avec tout ce sang sur elle, elle reste sublime malgré tout. Seulement, mon coeur se serre de peine en voyant son regard. Les étoiles qui jadis étincelaient ses yeux ont disparut. Elle semble avoir perdue le peu de vie et de naïveté qui lui restait et cela me fait encore plus mal que mes blessures physiques. Mon regard se porte ensuite sur Elijah avant de refermer lentement mes yeux. Me sentant défaillir tranquillement.

Soudain, je ressens une vive douleur à la joue et elle s'enflamme alors que je porte ma main rapidement sur celle-ci pour empêcher le mal de s'irradier. J'ai les yeux ronds en regardant Elijah. Non mais, il vient de me frapper ou je rêve? Lyra me tend une barre de céréale que je prend avant d'analyser celle-ci et l'ouvrir d'un geste vif. J'ai si faim! C'est alors que je vois la bouteille d'eau et m'empresse d'en boire plusieurs gorgées d'affiler avant de reprendre mon souffle comme si j'avais failli me noyer. Les questions d'Elijah me prirent du temps à capter et je dis «Je voulais juste ...Voir si il y avait des médicaments qu'ont auraient eu besoin ...» puis tenta de me replacer mieux avant de faire une petite moue de douleur et arrêter «Je vous juste que ce n'était pas que pour la drogue ...» en les regardant d'un air suppliant. Je voulais vraiment qu'ils me croient. Je ne mentais pas. De base, mes intentions avaient étés bonnes ...

Croquant dans la barre, je referma mes yeux un instant afin de déguster un peu avant de dire «J'étais là entrain de fouiller la pharmacie quand j'ai entendu un crack. Un bruit derrière moi. Je me suis alors retourné et j'ai vu que le plancher commençait à fendre. Je n'ai même pas eu le temps de faire un pas de plus que le sol s'est rompu sous moi et j'suis tombé.» mange encore un peu «Cet endroit était complètement pourrit ...» puis prit une autre gorgée d'eau avant de tendre la bouteille à Lyra. Elle devait boire aussi. Je tendis ensuite ma moitié de barre de céréale à Elijah au cas où il voudrait manger aussi puis me pencha vers ma jambe afin de la frotter doucement. «En tombant ...Je crois que je me suis fait mal.» J'avais trop mal pour me pencher d'avantage et relever mon jeans. Tout mon corps entier semblait endoloris, disons. Normal, après une telle chute! mais je n'étais pas le démontrer alors, soupirant, je lâcha prise avant de me remettre contre le mur et refermer les yeux. D'un murmure, je dis à nouveau «Je m'excuse ...» pour qu'ils comprennent bien le message. Je m'en voulais de les avoir mit dans un tel merdier ...


code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 153
avatar : evan peters

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Sam 12 Nov - 15:24

HURT IS PART OF THE PACKAGE. —




— ELIJAH, TONY & LYRA
Tony mange et bois, c’est bon signe. Les infectés n’en ressentent plus le besoin. En tout cas, pas de barres céréales et d’eau. On le laisse savourer puis on écoute ses explications. Je serre les doigts et fronce les sourcils. Même si je refuse de le juger, ça me fou en rogne qu’il se soit mis en danger pour de la dope. Il nous jure que ce n’était pas pour ça. Je soupire. Ce n’est pas le moment d’en débattre de toute façon. Il me tend la barre mais je la refuse d’un geste.

« Prends des forces. »

Il m’indique alors où il a mal et je regarde sa jambe, sous le jeans pendant qu’il s’excuse. Je ne peux m’empêcher de lui lancer un regard presque amusé, pour dire que c’est pardonné. C’est toujours comme ça, depuis des années. Sauf qu’avant on ne risquait pas d’en crever, et ça, ça change la donne. Bref.

« Ta jambe est toute contusionnée. T’as pas de fracture ouverte mais rien ne dit que tu t’es pas pété un truc. Tu veux qu’on te fasse une attèle ? Tu penses que ça t’aidera à marcher ? On va pas pouvoir rester ici, faut retourner à l’hôpital. »

Non seulement parce que là-bas on pourra le soigner. Mais aussi parce que c’était le deal. Je pourrais expliquer à Thelma pourquoi nous avons eu du retard mais je ne veux pas me prendre la tête à lui démontrer par A+B que rentrer était partie remise. Elle nous a laissés chercher Tony parce qu’on est de bons sbires, parce que je dois être un des plus obéissants à sa folie, mais elle n’aime pas les abus. Il faut garder nos atouts.
J’attends la réponse de Tony. Si il faut, il y aura de quoi faire avec les planches et restes de chaises défoncées. Pas de corde mais il y a des nappes ou draps à déchirer. On a de la chance d’être tombés dans un magasin de tout et rien. Système D.
Je me tourne aussi vers Lyra pour voir comment elle gère. J’avance la main vers son visage, je frôle sa joue, sans oser vraiment la toucher.

« Lyra ? Tu te sens d’attaque ? »

Je vais avoir besoin d’elle et de sa réactivité. Tony n’est pas en état. En plus, je ne supporte pas de la voir comme ça, si loin de moi, perdue dans je ne sais quels sentiers tordus de ses pensées. J’aimerais tellement pouvoir lui offrir une vie meilleure. Plus belle que ça, plus belle qu’avant l’horreur – celle là et l’autre. Je ne lui ai toujours pas dit que je les avais tués… est-ce que ça l’aiderait ?



code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
souvenirs : 210
avatar : Kara Scodelario
copyright : x

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   Lun 19 Déc - 6:13

Agir... Dans ce monde apocalyptique, où le sol pouvait se dérober à tout moment sous vos pieds, il n'a avait pas de temps pour s'attarder sur les sentiments, prendre quelques minutes pour souffler, ou apprécier le retour d'un ami cher. Non, il fallait courir, fuir, en espérant que le cœur continuerait à battre au rythme imposé par les évènements chaotiques, sans flancher.
Bien sur, c'était plus facile, tout ça, quand on faisait fi de ses émotions, et qu'on ne s'attachait à personne... Un risque de moins de subir un manque inévitable, lorsque la mort frapperait. Car évidemment, cette dernière guettait son heure, et tout n'était qu'une question d'attente... Elle rôdait à chaque coin de rue, les observait, les connaissait, les côtoyait au quotidien jusqu'à les emporter.

    - Allons-y, répond la jeune fille à la demande de son ami, en frissonnant légèrement pour s'écarter, esquivant une caresse qui aurait pu libérer trop de pensées dangereuses dans son esprit. Croiser le regard de son camarade sur elle, inquiet, était une menace suffisante à sa santé mentale. Ne trainons pas.


Elle était prête : pas par choix, mais parce que encore, un souffle fragile la poussait à avancer. C'était le même qui se glissait dans les poumons douloureux de Tony, et d'Elijah... Ils étaient toutes ses raisons de poursuivre le combat, quoi qu'en dise son corps meurtri.
Reprenant une position plus adéquate pour aider les garçons, Lyra tenait à montrer son efficacité. Le retour à l'hôpital serait surement laborieux, mais elle saurait tenir, pour le bien de leur trio infernal. Déjà, elle entrevoyait le but, leur destination finale, qui ne valait peut-être rien sur la durée, mais les protégerait en tout cas pour quelques jours, en leur offrant de quoi tenir.

    - Thelma doit s'agacer dans ses prières... Elle nous avait fait promettre de rentrer plus vite, marmonna-t-elle en soulevant le Deveaux.


En effet, leur gardienne n'était pas franchement quelqu'un d'accommodant, et elle voyait d'un mauvais œil que deux de ses disciples en parfaite santé se sacrifient pour un blessé. Elle ne faisait guère d'exception, et Tony devrait être sur pieds rapidement, pour ne pas perdre de son utilité, et finir dans les déchets.
De ça, la Thompson s'en chargerait plus tard, quitte à compenser tant qu'il le faudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hurt is part of the package.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hurt is part of the package.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bôn Nouvèl: IFAD USD 10 million rescue package for farmers in Haiti
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'LL EAT YOUR BRAIN ::  :: la ville macon :: les routes-
Sauter vers:  
L'horreur s'approche au fur et à mesure de ta petite bulle, tu es seul, perdu, face aux monstres des ténèbres. Avant que le rôdeur ne puisse te croquer, j'arrive à la rescousse pour t'aider. Je te guide le chemin pour survivre dans un monde tel que celui-ci. Dans un premier temps tu devras lire le guide de survie, il t'aidera dans les jours à venir. Je te conseille également de savoir avec qui tu traînes, jette un coup d'oeil dans les groupes, tout dépend pour ta survit. Apprends également à te connaître, va donc te présenter, tu seras quoi faire par la suite. Si tu es encore perdu, essaye de te tisser des liens. On avance mieux en groupe que tout seul.